Accueil > La journée du 6 février 1934

La journée du 6 février 1934

06/02/2024

Le 6 février 1934, la République française vacille dans un contexte de scandales politiques (affaires Stavisky, Chiappe...) et de crise économique. A l’appel de ligues d’extrême droite et d’associations d’anciens combattants (de droite mais aussi de gauche), quelques 30 à 50 000 personnes manifestent dans les rues de Paris. En fin de journée des émeutiers nationalistes, fascistes et monarchistes marchent sur le palais Bourbon depuis la place de la Concorde. Ils se heurtent violemment aux forces de l’ordre qui répliquent par un feu nourri. Le calme revient finalement dans la nuit. Le bilan est lourd, on relève quatorze morts et 328 blessés (Rapport Framond).
Bien que conforté par un vote de confiance, le Président du Conseil Edouard Daladier démissionne le lendemain, alors que la presse nationaliste tire à boulets rouges sur la république.
Interprétée comme une tentative de coup d’état fasciste, cette journée folle poussera les forces de gauche à jouer la carte du Front populaire en vue des prochaines élections législatives prévues en 1936.

La Souvarine vous propose une sélection bibliographique ici.

Ill. L'Action française, vingt-septième année, n°38, 7 février 1934. Coll. AD92/Bibliothèque Souvarine